International

URL courte

Le Président américain a résilié l’accès de l’ex-chef de la CIA John Brennan aux informations secrètes, a fait savoir la Maison-Blanche, indiquant que Donald Trump avait pris cette décision afin de l’empêcher de «mettre à profit des informations secrètes pour réaliser des attaques politiques».

Donald Trump a résilié l’accès aux informations secrètes de John Brennan, ancien directeur de la CIA, a déclaré ce mercredi Sarah Sanders, porte-parole de la Maison-Blanche. Elle a fait remarquer que le Président avait pris cette décision afin de prévenir toute fuite de données secrètes.

«Cet accès semble surtout inapproprié lorsque des fonctionnaires quittent un poste à responsabilités et cherchent à mettre à profit des informations secrètes pour réaliser des attaques politiques», a-t-elle indiqué.

Elle a rappelé que les anciens directeurs de la CIA possédaient l’accès aux informations secrètes afin de pouvoir conseiller leurs successeurs si nécessaire.

Sarah Sanders a fait remarquer que Donald Trump envisageait également de résilier l’accès à ces informations de l’ancien directeur du Bureau fédéral d’enquête (FBI) James Comey, son adjoint Andrew McCabe, l’ex-directeur du renseignement américain James Clapper, l’ancien directeur de la CIA Michael Hayden, l’ex-conseillère de Barack Obama à la sécurité nationale Susan Rice, ainsi que l’ex-Procureur général Sally Yates.

Le sénateur américain Rand Paul estime que John Brennan pourrait divulguer des informations secrètes en contrepartie d’un avantage financier.

«John Brennan monétise-t-il son accès aux documents secrets? John Brennan ne gagne-t-il pas des millions de dollars en divulguant des secrets aux médias avec ses attaques contre Trump?», a-t-il écrit sur sa page Twitter.

John Brennan a été conseiller du Président démocrate Barack Obama pour les problèmes de terrorisme avant d’être nommé à la tête de la CIA, de 2013 à 2017. Il a quitté son poste le 20 janvier 2017, le jour de l’investiture de Donald Trump.

Depuis, les deux hommes échangent régulièrement des piques, voire de graves accusations. Ainsi, John Brennan a pratiquement accusé le Président de trahison en affirmant que lors du sommet à Helsinki le locataire de la Maison-Blanche s’était trouvé sous le contrôle du chef de l’État russe.





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *