Aller à…
RSS Feed

27 novembre 2020

Vincent Crase est aussi franc-maçon)



On dirait que la notion “d’observateur” a dû échapper à Alexandre Benalla. Il a lâchement empoigné le jeune manifestant par derrière alors qu’il était déjà maitrisé par les CRS (qui le laissent faire) et l’a agressé de façon gratuite. A mon sens, la responsabilité des gendarmes est aussi engagée car ils lui ont manifestement prêté un casque pour dissimuler son identité et lui permettre de s’adonner à sa petite vendetta personnelle. 


Pire,
il exhibait un brassard de police dans cette vidéo. Se faire passer pour un policier ou un gendarme est un délit répréhensible par la loi par au minimum 3 ans de prison et 45 000 euros d’amende. Benalla lui s’en tirera avec une suspension de fonction de 15 jours. En 2012, celui-ci était chauffeur de Montebourg et avait  été licencié au bout d’une semaine car il avait provoqué un accident de voiture et voulait prendre la fuite. En 2017, il revient sur le devant de la scène avec Macron. Fawkes

———–

Selon Le Monde et France Info, Alexandre Benalla, proche conseiller du président de la République, a frappé un jeune homme en marge de la manifestation du 1er mai à Paris. Il a été mis à pied pour 15 jours au mois de mai.

Selon une information du Monde confirmée par France Info, un des proches conseillers d’Emmanuel Macron, Alexandre Benalla, a frappé un jeune homme en marge de la manifestation du 1er mai 2018, place de la Contrescarpe, dans le Ve arrondissement de Paris. S’appuyant sur plusieurs vidéos, le journal affirme qu’il portait au moment des faits, «un casque à visière des forces de l’ordre, alors qu’il n’est pas policier». Peur d’être reconnu, il aurait quitté les lieux précipitamment après cette action.

A l’origine d’un rassemblement présenté comme un «apéro militant», le Comité d’action interlycéen, proche de la mouvance autonome, avait réuni ce jour-là une petite centaine de jeunes sur cette place. En fin d’après-midi, la situation dégénère, des heurs éclatant entre jeunes et forces de l’ordre.

 Dans une vidéo partagée par un militant de la France insoumise sur Facebook, ainsi que dans d’autres vidéos non partagées que Le Monde dit s’être procuré, on peut voir un homme, portant un casque et un sweat-shirt clair, tirer par le cou une jeune femme, avant de s’en prendre à un jeune homme, déjà encerclé par des CRS. 

Malgré l’appel au calme de celui-ci, l’homme lui assène plusieurs coups après l’avoir violemment saisi au cou par derrière. Le Monde l’identifie comme Alexandre Benalla, chargé de mission à l’Elysée. «C’était une scène d’une grande violence, qui semblait sans raison et hors-sol», raconte au journal un témoin de la scène. 

Contacté par Le Monde ce 18 juillet, Alexandre Benalla n’a pas infirmé ni confirmé qu’il était bien l’homme impliqué dans ces violences. Le directeur de cabinet du chef de l’Etat, Patrick Strzoda, a en revanche confirmé auprès du quotidien qu’il s’agissait bien d’Alexandre Benalla.

«Alexandre Benalla m’avait prévenu deux jours plus tôt qu’il souhaitait participer à une intervention auprès de la préfecture de police pour voir comment se gérait une grande manifestation, à l’occasion du 1er Mai. Il m’en a demandé l’autorisation, je la lui ai donnée, mais en précisant bien qu’il y allait en observateur. 

Le lendemain de la manifestation, j’ai été avisé par un collaborateur que monsieur Benalla avait été reconnu sur le terrain en train de participer à des opérations de maintien de l’ordre. J’ai vu les vidéos, je l’ai convoqué le jour-même, je lui ai demandé si c’était lui», a-t-il confié au quotidien vespéral.  

Après cet entretien, le directeur de cabinet prévient le président de la République, alors en déplacement en Australie. Ce dernier lui donne la consigne de prendre des sanctions «si les faits sont avérés»Dans ce sillagePatrick Strzoda écrit un courrier, que Le Monde a consulté, où est annoncée la sanction : une suspension de fonction«pour une durée de 15 jours», du 4 au 19 mai.

Source: RT


MAJ

FawkesVincent Crase, autre collaborateur de Macron (le chauve que l’on voit s’en prendre au même homme au sol dans la vidéo) a également été mis à pied pendant 15 jours. La particularité de cet homme très zélé, ancien gendarme réserviste travaillant désormais dans la sécurité privée (et pour Macron en l’occurrence), c’est qu’il semblerait qu’il portait une arme ce jour là…moyen pour une mission d’observation vous ne trouvez pas?

Un ancien policier pendant 10 ans affirme que Benalla également était armé (plus difficile à confirmer).

Des privilèges suspects

Benalla semblait bénéficier d’un traitement de faveur puisqu’il avait une Renault Talisman a plusieurs dizaines de milliers d’euros, équipée de gyrophares à led dans la calandre et derrière le pare-brise, et une inscription “Police” derrière le pare soleil. Il disposait également d’un chauffeur.

Pire, il a récemment emménagé dans une luxueuse dépendance de l’Élysée quai Branly. La meilleure de l’année c’est qu’il a emménagé dans cette résidence en juillet donc bien après les faits qui lui sont reprochés et sa mise à pied. Comme quoi, l’Élysée n’en avait que faire de son excès de zèle.


Il avait aussi un accès super privilégié à l’Assemblée Nationale. En fait, il a obtenu à peu près tout ce qu’il a demandé.

ça rapporte les petite balades en vélo avec le monarque:






La liste de ses passe-droits et privilèges est sans fin. On apprend aujourd’hui que Benalla est rapidement passé de de brigadier à lieutenant-colonel en tant que réserviste opérationnel de la Gendarmerie. Pour couronner le tout, Macron voulait le faire bombarder sous-préfet. Et pourquoi pas premier ministre tant qu’on y est?

On se demande bien ce qu’il a pu rendre comme service à Macron pour bénéficier d’un tel traitement de faveur…




MAJ 1 


21/07: Benalla serait un agent des services secrets marocains

 “Des sources informées ont révélé à Algeriepatriotique que le déjà ex-chargé de mission auprès du chef de cabinet du président Macron est, en réalité, un agent de la DGED marocaine. Alexandre Benalla a gravi les échelons doucement mais sûrement depuis qu’il fut introduit dans les rouages du Parti socialiste par l’ancienne ministre de l’Education, Najet Vallaud Belkacem, elle-même inféodée à Rabat, aux côtés de Rachida Dati, Myriam Al-Khomri, Audrey Azoulay et bien d’autres.”

“La France est infestée d’agents secrets marocains qui ont accédé aux fonctions les plus sensibles, jusqu’à avoir accès aux secrets les mieux gardés. Et l’affaire Alexandre Benalla n’est que la partie visible de l’iceberg.”

Après, il faut se méfier des “sources informées”. Les sources anonymes ne sont pas toujours fiables mais c’est une piste à envisager. Il est clair que Benalla avait un statut particulier de VIP.

Cet autre article nous apprend qu’il lui a été refusé un porte d’arme en 2013 mais que l’Élysée le lui a accordé avec Macron:

Alexandre Benalla, le collaborateur d’Emmanuel Macron qui a été filmé frappant deux personnes lors des manifestations du 1er mai, s’est vu refuser le port d’armes en 2013 par le ministère de l’Intérieur, révèle M6 ce vendredi. 


La demande de port d’armes avait été formulée par l’avocat Karim Achoui, qui avait reçu des menaces de mort après avoir fondé en 2013 la ligue de défense judiciaire des musulmans. Mais cette demande a été refusée, d’après le site d’information. Alexandre Benalla, alors garde du corps de l’avocat, reviendra à la charge plusieurs fois, en vain, selon un ancien de Beauvau, cité par M6. 


Ce permis de port d’armes n’aurait été obtenu que plus tard, “grâce à une intervention de l’Élysée”. “

 Benalla serait donc un agent musulman d’origine marocaine.


MAJ 2


Selon une information du site Explicite, Benalla serait également franc-maçon (encore un) du Grand Orient dans la loge de “l’Emir Abdel Kader”.


On comprend mieux pourquoi le maçon Gérard Collomb n’a pas voulu égratigner son frère et qu’il a préféré enterrer l’affaire au plus vite. Manque de bol pour lui, il sera auditionné publiquement à l’Assemblée National lundi prochain à 10H et mardi devant le Sénat: cette fois, il ne pourra pas faire l’autruche.

MAJ 3 (31/07/18)

Le blog maçonnique La lumière nous apprend que Vincent Crase, le salarié de LREM qui a accompagné Benalla dans son expédition punitive le 1er mai, est également franc-maçon:

“il a été initié le 8 juin 2015. Sa loge se nomme «La Coudée de Salomon» dans la Région maçonnique de Neustrie (Calvados, Eure, Manche, Orne et Seine Maritime) de la GLNF. Sa loge se situe dans une région différente de celle de Benalla, mais il s’agit de la même obédience [fédération de loges].”

Dans cette affaire, tout tourne autour de frères la truelle, de la base (Benalla, Crase) au sommet (Collomb). Le contraire m’aurait étonné…










Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut