Aller à…
RSS Feed

18 septembre 2020

3 anciens ministres australiens accusés d’avoir appartenu à un réseau VIP impliquant viols, tortures et meurtres d’enfants



Cette information date de 2015 pourtant, je n’en ai entendu parler que récemment car la presse française a totalement ignoré l’affaire. Dès qu’il s’agit des réseaux pédophiles de l’élite, c’est silence radio à chaque fois. Fiona Barnett indique que ce réseau est international. Ces dernières années, nous avons déjà pu entendre le témoignage de Kendall, victime américaine, Anneke Lucas en Belgique et Amoris en FranceFawkes

——-

Une femme a déclaré qu’elle avait été victime d’un réseau de pédophiles qui comprenait trois anciens premiers ministres australiens et avait été prostituée lors de fêtes au Parlement à Canberra.

Fiona Barnett, 45 ans, affirme que l’abus a eu lieu alors qu’elle n’avait que 5 ans et que le réseau comprenait des policiers et des hauts fonctionnaires. Elle a également décrit en détail les crimes incluant le viol, l’enlèvement d’enfant, la torture et même le meurtre. Elle croit qu’il y a des milliers d’autres victimes de ce réseau.

Barnett dit que le réseau était une hiérarchie et qu’elle était «réservée» pour ceux qui étaient au sommet de l’ordre. En raison des positions des personnes impliquées, elle a dit aux médias qu’elle vivait dans la peur depuis quatre décennies, mais qu’elle a choisi de parler car elle n’avait plus rien à perdre. 

La femme a également affirmé que le réseau est toujours en activité et qu’au fil des ans, elle et les autres victimes qui se sont rendues à la police ont été “murées dans le silence” par les autorités. Maintenant, elle exhorte le Premier ministre Malcolm à faire de cette question une priorité.

Il semblerait que Barnett ait parlé de la question pendant près de 30 ans, en disant à plusieurs professionnels de la santé dans les années 1980, en s’adressant à la police en 2008 et en parlant à la Commission royale en 2013.

“L’affaire a fait l’objet d’une enquête approfondie par la police australienne et il n’y avait aucune preuve à l’appui des allégations de la plaignante”, a déclaré vendredi un communiqué de la police. “L’affaire a été clôturée et la plaignante en a été avisée le 30 avril 2015.”

Le Réseau de survivants des prêtres maltraités (SNAP), un groupe australien oeuvrant contre les abus sexuels envers les enfants, soutient Barnett, et a déclaré qu’ils ont parlé à d’autres victimes du réseau pédophile.

Le groupe dit que de nombreuses autres victimes ont formulé des plaintes officielles tout en présentant des preuves considérables, mais qu’elles ont été ignorées.

“Il y en a un grand nombre qui veut s’exprimer”, a poursuivi Davis. “Ce sont quelques-uns des pires crimes commis par les plus puissants contre les plus vulnérables.”

Plus tôt cette semaine, le sénateur libéral Bill Heffernan a déclaré lors d’une réunion au Sénat qu’il avait obtenu une liste de la police qui décrivait 28 personnes puissantes impliquées dans le éseau pédophile.

Barnett a déclaré que son expérience en essayant de signaler le groupe a été pire que l’abus original.

“Mes expériences étaient horribles au-delà des mots”, a-t-elle confié à news.co.au. “Mais la façon dont j’ai été traité pour avoir rapporté ces crimes que j’ai vécus a été bien pire que mes expériences d’abus initiales.”



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut