Aller à…
RSS Feed

23 septembre 2020

Les raisins de la Kohler



Rédigé par notre équipe le 10 août 2018.

A peine un scandale d’Etat qui s’estompe un peu à cause des grandes vacances qu’un autre (re)pointe le bout de son nez. Alexis Kohler, le Secrétaire général de l’Elysée fait reparler de lui. Epinglé début juin pour le conflit d’intérêts qu’il n’avait pas daigner relever au cours de nombreuses années, ce très proche de Macron (décidément !) est visé par une nouvelle plainte pour « prise illégale d’intérêts ». L’étau se resserre un peu plus, mais comme à chaque fois, la réponse de l’Elysée sera de dire qu’il n’y a pas d’affaire. Et pourtant… 

Immersion engagée et mode furtif activé. Le sous-marin de la Macronie tente de prendre le large alors que la tempête a détruit une partie du port d’attache. Alors quand Alexis Kohler se trouve de nouveau face aux questions des Français et des accusations de l’association Anticor, la ligne de défense est « aucun commentaire ». Comme pour le drone qui a survolé le fort de Brégançon, « une enquête est en cours », mais cette fois-ci elle ne devrait pas faire plouf. Pas de réaction officielle, mais une nouvelle crise à gérer pour les cowboys de la Macronie qui ont cru que l’Etat était un jouet dont il était possible d’user et d’abuser sans contrainte.

Pas de commentaire, mais une affaire (de plus) !

Souvenez-vous, Mediapart et l’association Anticor avaient levé un lièvre début juin (lorsque la Macronie et son bien-fondé ne pouvaient même pas être discutés) en mettant à jour les liens familiaux entre un haut fonctionnaire en charge de l’avenir des chantiers de Saint-Nazaire et sa famille propriétaire de MSC, c’est-à-dire le premier client des chantiers de… Saint-Nazaire. Le sujet était vraiment troublant d’autant plus qu’Alexis Lohler avait effectué plusieurs aller-retour entre la haute fonction publique et la grosse entreprise familiale au cours des années 2010. A cette époque, l’Elysée avait joué à la victime. Kohler serait visé par « des soupçons totalement infondés […] à l’évidence en raison de ses fonctions ».

Les Français ont appris un connaître un peu plus le fonctionnement de la Macronie et il semble évident (pour reprendre un terme du pouvoir) que si Kohler est dans la tourmente, c’est pour son curieux mélange des genres qui a peut-être profité à sa famille. Ses fonctions sont donc en cause, mais uniquement parce qu’une éthique à géométrie variable est suspectée. Et l’on sait que l’éthique et la Macronie ont des relations plus que compliquées et distantes. Une nouvelle preuve ? Kohler a fait savoir qu’il s’était retiré de toutes les discussions et votes où un conflit d’intérêts pouvait lui être reproché. Les éléments rapportés par Mediapart et Anticor montrent qu’il s’agit d’un gros mensonge (encore un !) et Alexis Kohler se retrouve donc avec une nouvelle plainte sur le dos pour « prise illégale d’intérêts ».

La fin de la République des copains aurait-elle sonné ? Cette affaire a un potentiel de destruction encore plus fort que l’affaire Benalla-Macron, car en l’espèce il ne s’agit pas d’un barbouze à la solde d’un pouvoir dissimulateur qui est en cause. Alexis Kohler est Secrétaire général de l’Elysée, c’est-à-dire le bras droit de Macron par qui tous les dossiers passent (dont celui de Benalla). Un Secrétaire général qui ferait passer sa famille avant l’Etat serait plutôt mal venu. La justice doit faire son travail, mais pourra-t-elle le faire sereinement et avec célérité ?

Vu la prestation de la Macronie dans l’affaire Benalla-Macron, le pouvoir fait bien de se murer dans le silence. Mais la vérité est à portée de main et elle risque de mettre à terre ce pouvoir décidément très louche.





Source link

Mots clés: , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut