Aller à…

Le Monde...

des informations alternatives

RSS Feed

juin 20, 2018

massacre

Un massacre, un point c’est tout

Non, il ne s’agit pas de confrontations mais d’un massacre, quand des soldats bien protégés dans des positions défensives tirent – souvent avec des fusils à lunette – sur des dizaines de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants qui manifestent les mains nues derrière un système de clôture électronique large de plus de cinquante mètres,

Après le massacre de Gaza, les dirigeants israéliens devraient être poursuivis pour crimes de guerre. Par Marjorie Cohn

Source : Marjorie Cohn, Consortium News, 08-04-2018 Selon Marjorie Cohn, après que les soldats israéliens ont massacré des manifestants sans armes à Gaza, les dirigeants du pays devraient être poursuivis par la Cour pénale internationale. Le 30 mars, les soldats de l’IDF, l’armée israélienne, ont tiré sur 773 manifestants palestiniens sans armes à Gaza, en

C’est Israël qui massacre les habitants de Gaza et c’est le Hamas qui est pointé du doigt

   Si vous n’êtes pas vigilants, les journaux arriveront à vous faire détester les opprimés et aimer ceux qui les oppriment. » Malcolm X, militant des droits civiques, cité dans Propaganda Review, printemps 1989.   Des milliers de manifestants portant des drapeaux palestiniens participent à la Grande marche à Gaza à l’est de Jabalya le 30 mars

Massacre à Gaza

L’armée israélienne a massacré des dizaines de manifestants palestiniens non armés et en a blessé des milliers d’autres lundi à Gaza. Alors que cette atrocité était en cours, une cérémonie grotesque se déroulait à 80 kilomètres de là pour marquer l’ouverture officielle de l’ambassade américaine dans la ville divisée et occupée de Jérusalem. © Inconnu

Halte au massacre du peuple palestinien ! Nous répudions Trump et l'État génocidaire d'Israël !

Cette mobilisation palestinienne a commencé il y a six semaines jusqu’à la Journée de la Nakba (catastrophe en arabe), date de l’occupation israélienne en 1948. Une marche pacifique qui rejette l’installation provocatrice de l’ambassade des États-Unis à Jérusalem et qui exige le droit au retour de tous les réfugiés qui souhaitent rentrer chez eux. Mardi

Gaza : «Quand une armée tire sur des civils désarmés, on appelle ça un massacre»

Ex-rédacteur en chef du Monde diplomatique, Alain Gresh dénonce la modération avec laquelle, selon lui, les médias occidentaux traitent du conflit israélo-palestinien. Il fustige en outre une situation d’apartheid dans les territoires occupés. Ancien journaliste emblématique du Monde diplomatique et désormais directeur du site OrientXXI, Alain Gresh regrette la retenue des médias dans les mots utilisés pour

Articles plus anciens››
Scroll Up