Aller à…

Le Monde...

des informations alternatives

RSS Feed

mai 27, 2018

«Vous avez désigné les coupables avant l'enquête» : veto russe à la proposition US sur la Syrie


Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.


Le projet russe visant à créer un mécanisme d’enquête sur l’usage d’armes chimiques a été refusé, lors d’un vote du Conseil de sécurité de l’ONU, sur fond de menace occidentale de recours à la force contre le gouvernement syrien.

  • Le représentant de la Chine à l’ONU regrette que la résolution russe n’ait pas été adoptée.

  • Nikki Haley, ambassadeur des Etats-Unis à l’ONU, estime que la Russie a «saccagé la crédibilité du Conseil de sécurité». «C’est une farce», selon elle. «La Russie veut protéger le régime Assad», a-t-elle ajouté. «L’histoire se souviendra que la Russie a choisi de protéger un monstre plutôt que les vies syriennes», a-t-elle accusé.

  • Le vote de la résolution russe pour créer un mécanisme d’enquête sur l’emploi d’armes chimiques en Syrie : six pays ont voté pour, sept ont voté contre, deux se sont abstenus. Cette résolution russe n’a pas été adoptée.

  • La Bolivie s’est opposée au projet de résolution américain. Son ambassadeur Sacha Llorenti appelle à ce que les responsables d’attaques chimiques rendent des comptes. A cet égard, il rappelle toute sa confiance en l’OIAC (l’Organisation internationale sur les armes chimiques) pour mener l’enquête.

    Ciblant les Etats-Unis, il dénonce les «menaces d’utilisation de la force et la menace de mesures unilatérales qui vont à l’encontre de la charte des Nations unies». «C’est illégal et contraire aux principes de la charte», a-t-il poursuivi.

  • Karen Pierce, ambassadeur du Royaume-Uni, accuse la Russie de protéger la Syrie dans l’utilisation des armes chimiques. «Nous ne resterons pas les bras croisés», a-t-elle assuré. «C’est un coup porté à la paix et à l’humanité», a-t-elle critiqué en ciblant le veto russe.

  • Pour la résolution américaine, la Russie et la Bolivie ont voté contre.
    12 pays se sont prononcés en faveur. La Chine s’est abstenue.

    La résolution n’a pas été adoptée en raison du veto de la Russie, membre permanent du Conseil de sécurité.

  • Vassili Nebenzia, ambassadeur russe à l’ONU, a parlé de «provocations» pour évoquer la position américaine. Selon lui, les Etats-Unis font «encore un pas vers la confrontation», en mettant en place une résolution qui n’a pas le soutien unanime des membres permanents du Conseil de sécurité.

    Il dément que Washington ait repris les principales revendications russes pour leur résolution. «Vous avez déjà désigné les coupables avant l’enquête», a-t-il souligné. Vassili Nebenzia estime que les Etats-Unis cherchent un «prétexte» fourni par les «Casques blancs». «La Russie est visée par cette propagande», a-t-il ajouté.
    «Vous protégez les extrémistes et les terroristes», assure Vassili Nebenzia à l’adresse des américains.

    Il a rappelé que la Russie est présente en Syrie conformément à la charte de l’ONU, sur invitation du gouvernement syrien pour lutter contre le terrorisme.

  • Nikki Haley, ambassadeur des Etats-Unis, estime que leur résolution promet une «enquête indépendante». Elle reproche à la Russie de souhaiter une résolution «qui leur donne la possibilité de choisir leurs enquêteurs et de réviser les conclusions de l’enquête ce qui remettrait en cause l’indépendance [de l’enquête]».

    Logiquement, Nikki Haley a appelé à voter contre ou s’abstenir sur la résolution russe.

  • François Delattre, ambassadeur de la France auprès des Nations unies, accuse Damas de l’utilisation d’armes chimiques le 7 avril à Douma. «Nous ne pouvons pas l’accepter», a-t-il assuré. «La France n’acceptera aucun mécanisme au rabais», a-t-il poursuivi, se prononçant pour une lutte contre «la prolifération des armes de destruction massives». Il a appelé à voter en faveur du projet de résolution américain.

Le Conseil de sécurité de l’ONU vote ce 10 avril sur trois propositions de résolution concurrentes, l’un américain et deux russes, alors que les Etats-Unis et la France, notamment, ont menacé de recourir à la force contre Damas, qu’ils accusent d’être responsable d’une présumée attaque chimique à Douma, en Syrie.

Le texte américain, qui condamne l’attaque supposée, propose la création d’un nouveau «mécanisme d’enquête indépendant des Nations unies» sur le recours aux armes chimiques en Syrie.

Moscou, qui dément tout recours à des armes chimiques, juge pour sa part «inacceptables» certains éléments de ce projet alors que la Syrie, soutenue par la Russie, est en passe de reconquérir cette poche de la Ghouta tenue par des rebelles islamistes.

Moscou fait confiance à l’OIAC

Aussi, la Russie a demandé au Conseil de sécurité de se prononcer sur deux textes qu’elle a préparés.

Le premier propose de créer un mécanisme d’enquête sur l’emploi d’armes chimiques en Syrie, tandis que le second est un document qui apporte un plein soutien à une mission d’enquête de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC).

Basée à La Haye, l’OIAC, qui n’a pour mission que de confirmer ou d’infirmer l’usage d’armes chimiques sans aller jusqu’à en identifier les utilisateurs, a fait savoir qu’elle allait envoyer «sous peu» des enquêteurs à Douma. La Russie réclamait depuis plusieurs jours qu’une mission de l’OIAC aille enquêter sur place. La Syrie avait elle aussi invité les enquêteurs à se rendre sur le terrain.

Lire aussi : Attaque chimique présumée en Syrie : l’OIAC annonce l’envoi d’une équipe d’enquête à Douma


Source link

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Mots clés: , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Scroll Up