Aller à…

Le Monde...

des informations alternatives

RSS Feed

décembre 13, 2017

Bitcoin et darknet, les nouveaux outils des dealers européens


Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

C’est un article d’Euractiv qui en dit long sur la défiance des autorités concernant aussi bien le “darknet”, c’est-à-dire le côté obscur d’Internet, que des cryptomonnaies au sens large.

Je ne vais pas vous parler du Bitcoin aujourd’hui, rassurez-vous, mais simplement mettre en exergue que le combat entre le bouclier et le glaive est aussi vieux que le monde.

Économiquement, nos mamamouchis pensent qu’en supprimant les espèces ils vont réussir à éviter toute fraude fiscale (non-autorisée) ou travail au noir.

La réalité c’est que si les techniques pour aller sur le darkweb et l’utilisation des cryptomonnaies sont encore confidentielles et trop complexes, elles finiront par se démocratiser et dans tout cela finira par émerger des solutions anti-États et antifiscales et antitout. Comme tout, elles seront imparfaites et mouvantes, mais cela existera.

Le combat entre le glaive et l’épée est vieux comme le monde, et celui entre l’antivirus et le virus vieux comme l’informatique.

Ce qui est certain c’est qu’à court terme, les détenteurs de cryptomonnaies non-autorisées doivent s’inquiéter de toutes ces informations qui vont dans le sens d’une interdiction prochaine en associant cryptomonnaies et trafic de drogue, ce qui est totalement injuste dans la mesure où l’essentiel du trafic de drogue se paie aujourd’hui en… dollars américains !

Charles SANNAT

“Le démantèlement de plateformes de vente de drogue en ligne l’été dernier a fait ressortir le rôle primordial des Européens dans l’E-commerce de substances illégales.

En août 2016, les douanes finlandaises ont démantelé un réseau important de trafiquants de drogues. Au cours de l’opération, les autorités ont pu estimer que, depuis 2014, ce réseau avait distribué jusqu’à 40 000 tablettes d’ecstasy, 30 000 de LSD et près de 40 kg d’autres substances comme de la cocaïne ou de la MDMA.

Si ces quantités ne sont pas négligeables, c’est surtout le mode opératoire de ces trafiquants qui interpelle les autorités, tant il brise les stéréotypes du « dealer » traditionnel : loin des cages d’escaliers, la rencontre entre le vendeur finnois et sa clientèle se faisait sur Silk Road, principal marché noir de la drogue sur Internet. Le développement de ces pratiques mobilise désormais les autorités et les centres de recherche européens…”

Source Euractiv.fr ici


Source link

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Mots clés: , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Scroll Up