Aller à…

Le Monde...

des informations alternatives

RSS Feed

novembre 22, 2017

Une brève histoire de l’hyperinflation


Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

L’Échelle de Jacob: Une brève histoire de l’hyperinflation

Pages

Une brève histoire de l’hyperinflation

Il y a cinq ans, à mesure que s’empilaient les procédés financiers douteux de la BCE et de la Fed, je proposais un bref rappel historique de l’hyperinflation pour bien faire comprendre que ce fléau monétaire n’était ni rare, ni invraisemblable sur un continent comme l’Europe, au contraire. Depuis, les opérations des banques centrales n’ont guère cessé et rien ne permet d’affirmer que nous sommes sortis de l’ornière de 2007, au contraire.

Alors que l’or et, maintenant, les cryptomonnaies semblent les seuls refuges valables pour nos économies, alors qu’on découvre tous les jours de nouvelles dispositions législatives laissant penser que nos comptes bancaires ne sont pas du tout à l’abri des mains prédatrices de l’Etat, un petit rappel de ce billet me semble tout à fait salutaire.


Plusieurs fois dans ces colonnes, et bien évidemment ailleurs (mais, comme par hasard, très rarement dans la presse mainstream), on a parlé d’hyperinflation, notamment à la suite des dernières opérations aux noms magiques comme QE (pour les Américains) et LTRO (pour les Européens). Aujourd’hui, je vous propose de revenir un peu dans l’histoire récente de cette hyperinflation, définie comme une période où l’inflation mensuelle est de plus de 50%.

Grâce au travail de Steve Hanke et Nicholas Krus, du Cato Institute, on dispose de données fiables et intéressantes sur les périodes d’hyperinflations connues.

Première constatation : saperlotte, la monnaie papier, ça inflate drôlement dans les périodes de crise, et pas qu’une fois de temps en temps. Si l’on regarde le tableau des deux chercheurs, on se retrouve avec des périodes d’inflations étalées de 1920 à 2008, avec un regroupement de trois grosses périodes :


– la première, avant la seconde guerre mondiale, de 1920 à 1924
– la seconde, depuis 1941 jusqu’au sortir de la guerre, 1949
– la troisième, après l’explosion du bloc soviétique, de 1988 à 1998


Bien évidemment, on trouve aussi un saupoudrage de quelques pays jouant avec leur presse à billets en dehors de ces périodes, l’exemple le plus frappant étant le Zimbabwe de Mugabe pour la période récente, le Chili de la transition Allende/Pinochet, et la France des assignats (qui est donc un précurseur de tous les autres, puisqu’au 18ème siècle). Et en substance, le schéma est toujours le même : la situation économique du pays qui va subir une hyperinflation se dégrade rapidement notamment sous l’effet de dépenses de moins en moins contrôlées par l’État. Ensuite, pour éviter une dépression sévère, les autorités monétaires du pays commencent à emprunter et laisser filer la valeur du papier monnaie pour aboutir à un épisode de grand n’importe quoi dont l’aspect rigolo n’est perçu qu’au-delà des frontières par ceux qui ont eu le temps de fuir ou la présence d’esprit de n’avoir aucun intérêt économique avec les malheureux qui sont restés sur place. Pour s’informer, on pourra lire avec attention
le dossier réalisé par Business Insider qui revient sur la période d’hyperinflation dans le régime de Weimar.

Par curiosité, voici les pics d’inflation constatés dans les différents cas. Comme on peut le voir, il n’y a pas vraiment de limite : oui, à proprement parler, lorsque les presses se mettent à cracher du billet, tous les nombres sont possibles et un doublement du prix des biens et services toutes les quinze heures a déjà été constaté (en Hongrie, donc).

(NB : certains pays sont présents plusieurs fois, parce qu’ils ont eu plusieurs épisodes de fête du slip monétaire)

La question qui vient ensuite à l’esprit est de savoir s’il existe une corrélation entre la durée de l’hyperinflation et sa force (importance du taux). J’ai réalisé un petit nuage de points qui donne ceci, et sur lequel on peut distinguer trois groupes de pays.

 


En gros, le premier groupe (bleu) correspond aux pays dont l’hyperinflation (quelques pourcents par jour) n’a pas duré très longtemps (jusqu’à trois mois). Le second groupe correspond à ceux qui ont eu ces mêmes taux (voire un peu plus soutenus) et qui ont fait durer le plaisir plus d’un an. On imagine le bonheur des populations concernées. Enfin, le dernier groupe, heureusement moins gros, correspond aux États dont la population aura eu a subir l’incurie et l’incompétence avec des taux records pendant de longues années. De ces trois groupes, on ne peut s’empêcher de remarquer qu’il n’y a pas de pays pour lesquels il y aurait eu des taux journaliers très forts et une courte période d’hyperinflation. Manifestement, si les taux d’hyperinflation galopent, c’est parti pour durer…

Il est intéressant de constater que certains de ces États furent des dictatures ou que dans la plupart des cas, la possibilité même de fuir la monnaie imposée était combattue avec d’autant plus d’acharnement que la durée d’hyperinflation était longue et que les taux étaient élevés. Autre point intéressant : dans aucun des cas le phénomène ne se sera arrêté de lui-même sans la mise à mort pure et simple de la monnaie considérée, éventuellement assortie de la chute du régime correspondant. Autrement dit : non seulement, l’hyperinflation est un phénomène qui est au début déclenché volontairement sous couvert d’une inflation « contrôlée », mais en plus, il échappe rapidement à tout contrôle.

Et maintenant, pour en revenir à la situation européenne ou américaine, on constate quelques similitudes. Par exemple, les efforts actuels des banquiers centraux, Draghi et Bernanke, visent à éviter autant que possible une dépression carabinée dans leurs deux grands blocs économiques, en compensant les déflations visibles sur les biens secondaires ou de luxe. Par une multiplication de jeux d’écriture et d’opérations dont la complexité apparente s’explique difficilement par autre chose qu’un désir de camoufler une création monétaire soutenue, les deux bricoleurs ont malgré tout du mal à endiguer le manque cruel d’enthousiasme des populations pour une nouvelle vague de crédit bon marché ; on sent que la succession de QE et de LTRO, dont chaque avatar suscite moins d’intérêt que le précédent, ne parvient pas à relancer le furieux bastringue monétaire.

Pour le moment, tout le monde s’accroche aux deux monnaies. L’Euro et le Dollar sont encore vecteurs de valeur. Mais comme dans tous les épisodes d’hyperinflation précédents, qui peut encore garantir que, un petit matin, la confiance qui sous-tend encore ces monnaies ne va pas s’évanouir ? Certes, le pire n’est pas certain, mais il est de moins en moins improbable, surtout vu les injections de monnaies auxquelles on assiste. Du reste, les mouvements récents d’abandon du dollar de certains pays, dont des acteurs majeurs comme la Chine, dans leurs transactions commerciales, montrent que le règne du dollar s’achève. Or, pour le moment, rien ne semble prêt pour le remplacer, et certainement pas l’Euro, dont tout le monde comprend que s’il doit partir en sucette, il le fera avant le dollar ; et bien malin qui pourra dire quand cela pourra advenir, encore que les tensions s’accumulant entre l’Allemagne et la Grèce pourraient déclencher des événements intéressants.

Si l’Histoire nous apprend quelque chose, c’est qu’elle réalise le paradoxe d’être imprévisible et de se répéter. L’hyperinflation n’est ni rare ni impossible sur un continent comme l’Europe ou les États-Unis. Et les mêmes causes (crises, tensions internationales, manipulation excessive de la monnaie) provoquent les mêmes effets (inflation galopante, perte de confiance, destruction de richesses). C’est dans ce contexte qu’un homme averti en vaut rapidement deux, puis quatre, puis 60 puis un million.

Source


Source link

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Mots clés: , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Scroll Up