Aller à…

Le Monde...

des informations alternatives

RSS Feed

octobre 22, 2017

«C’est lui qui a commencé» : le mythe de la menace militaire russe refait surface


Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.


Tout parent le sait : les enfants peuvent être terriblement aveugles dans les situations de conflit. Quand une bagarre éclate, chacun en rejette la responsabilité sur l’autre, incapable de voir la conséquence et le rôle de ses propres actes. Les adultes y voient un élément clé de l’infantilisme, dont il incombe aux parents de sortir leurs enfants par l’éducation. Ceux qui n’acquièrent pas la conscience de leur propre responsabilité deviennent des criminels se considérant toujours et uniquement victimes. Cet état d’esprit est souvent la cause directe de leurs crimes.

Il en est de même en politique. Il y a un risque de conflit chaque fois qu’un Etat ne voit pas comment ses propres actes sont perçus par la partie adverse. Voilà où nous en sommes, aujourd’hui, avec l’état actuel des relations est-ouest. Une pluie de critiques occidentales s’est abattue sur les exercices militaires russes, «Occident 2017» (Zapad 2017, en russe), qui commencent cette semaine. Le ministre allemand de la Défense, Ursula van der Leyen, suivant les propos de ses homologues estonien et letton, a multiplié par dix le nombre de troupes russes qui doivent y participer. Les médias publics, comme d’habitude, suivent la ligne de leurs gouvernements : le média national britannique, la BBC, accuse les exercices d’«augmenter les tensions» en Europe, reprenant à son compte l’affirmation du président ukrainien selon laquelle la Russie s’apprête à envahir l’Ukraine. La BBC semble avoir oublié que Poroshenko affirmait déjà en 2015 que la Russie avait déjà 200 000 troupes sur le territoire ukrainien, et qu’elle s’apprêtait à envahir la Finlande, les Etats baltes et les pays de la Mer noire.

Peut-être, comme une pendule qui se serait arrêtée, le président ukrainien aura-t-il raison un jour. Peut-être, aussi, les manœuvres occidentales fournissent un prétexte à ces exercices dont certains politiciens préféreraient ne pas témoigner. Peut-être, aussi, la visite du même président Porochenko au Pentagone à Washington, en juin, a-t-elle été remarquée à Moscou, les Etats-Unis ayant alors convenu d’accroître leur collaboration militaire avec Kiev. Après cette visite, le journal de l’armée américaine a confirmé que la présence militaire américaine en Ukraine serait renforcée l’année prochaine. Une nouvelle base navale américano-ukrainienne a été ouverte en juillet. En juin, le parlement ukrainien a voté en faveur de l’intégration dans l’OTAN. Pour la BBC, visiblement, tout cela n’a aucune incidence sur les tensions en Europe.

Et que dire de la visite du vice-président Mike Pence en Estonie, en juillet, où il a souligné la doctrine de la «présence avancée» de l’OTAN dans les pays baltes et dans les pays du sud-est européen ? Cette «présence avancée», c’est en fait une présence renforcée des troupes otaniennes dans des zones sensibles, sur la frontière russe. Les troupes britanniques, canadiennes, allemandes, françaises, polonaises, espagnoles, néerlandaises et, bien sûr, américaines, se massent dans la région baltique – et la Russie est censée ne pas réagir ?

N’oublions pas non plus la visite du président Trump en Pologne, en juillet, où il a été accueilli comme un sauveur. Que diraient les Américains si le président Poutine proposait une alliance militaire à un pays du continent américain, le Mexique par exemple ? Trump a saisi l’occasion de son voyage à Varsovie pour donner son plein soutien à l’Initiative des trois mers dont le président polonais, Andrzej Duda, est l’auteur : Trump a assisté au sommet de ce groupe pendant son bref séjour à Varsovie. Rassemblant douze pays littoraux de la mer Baltique, de la mer Noire et de l’Adriatique, ce projet a pour but principal (mais tacite) de créer un marché pour le gaz liquéfié américain. Il n’est pas non plus sans rappeler le vieux rêve mégalomane du maréchal Pilsudski de créer un cordon sanitaire anti-russe, qui devait s’étendre de la mer Baltique à la mer Noire, l’Intermarium, en unifiant la Pologne et l’Ukraine. On parle maintenant ouvertement de Miedzymorze (Intermarium, Entre-Mers) dans les universités polonaises. Redevenu d’actualité, ce projet excite non seulement les milieux nationalistes (y compris russes) les plus durs en Europe mais aussi plusieurs gouvernements et l’OTAN. Car ce cordon sanitaire, quelque soit son nom, fait depuis longtemps partie du raisonnement géopolitique de l’Alliance atlantique : celui-ci qui met toujours en juxtaposition sa présence renforcée dans la région de la mer Noire et dans celle de la Baltique. D’énormes exercices militaires de l’OTAN ont eu lieu simultanément en mer Noire et dans la Baltique en juillet – avec un but «purement défensif», bien entendu.

Ce sont surtout les troupes de pays tiers, et notamment américaines, qui participent à ces manœuvres. Les exercices russes, par contre, ont lieu sur le territoire de la Russie et sur celui de son partenaire dans l’Etat de l’Union de la Russie et de la Biélorussie. Il n’y a aucune présence de pays tiers. Qui peut, dans ce genre de situation asymétrique, parler d’une posture agressive ou intimidante de la Russie ? Seulement quelqu’un qui serait frappé d’une cécité inquiétante, qu’elle soit volontaire ou involontaire. Cette cécité n’est que le prolongement du même aveuglement qui ne voit pas le putsch en Ukraine du 21 février 2014 mais seulement sa conséquence inévitable, la sécession de la Crimée et son adhésion à la Fédération de Russie.

La politique occidentale se réduit donc au cri du petit enfant pris en flagrant délit de frapper son frère : «C’est lui qui a commencé!» Il est temps de grandir.

Source: https://francais.rt.com/opinions/43060-cest-lui-qui-a-commence-mythe-menace-militaire-russe-refait-surface


Source link

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Mots clés: , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Scroll Up